Argenteuillais démocrate… sans frontière

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 28 juillet 2015

Un mois de chaleur révèle le délabrement de la Ligne J

Communiqué commun avec SOS Usagers


Pendant les fortes chaleurs, les trains ne roulaient plus normalement sur la ligne J : seulement 12 jours sans nouveaux incidents, sur 31 jours du 25 juin au 25 juillet !

  • Alimentation électrique en panne les 28 juin, 1er, 7, 10, 15 16 juillet ;
  • Trains en panne sur les voies les 28 juin et 6 juillet ;
  • Feux de talus interrompant le trafic les 30 juin, 7, 10 et 18 juillet,
  • Passages à niveau en panne ou endommagés les 26 juin et 22 juillet ;
  • Aiguillages en panne les 29 juin, 1er et 10 juillet,
  • Dispositifs de contrôle en panne les 1er juillet,
  • Avaries obligeant à supprimer des trains de nombreux jours dont le 2, 3, 6, 23 juillet ;
  • Arrêt supprimé, les voyageurs devant descendre plus loin, le 15 juillet ;
  • Et d’autres incidents ont interrompu ou ralenti le trafic les 11, 13, 20, 21, 23 juillet…

À ce niveau, ce n’est ni le hasard ni la fatalité.

Depuis des décennies que le climat se réchauffe, est-il admissible que — c’est la SNCF qui l’écrit — « lorsque la température dépasse les 35°, les rails en fer peuvent se dilater, la caténaire se détend, les installations électriques dans nos trains et nos postes d’aiguillage peuvent disjoncter » ? Les chemins de fer des pays méditerranéens sont-ils à l’arrêt tout l’été ?

La SNCF annonce que « les investissements ont été multipliés par 3 en 5 ans pour atteindre 160 à 200 millions € par an », ceci « remettre à niveau notre infrastructure »… mais pendant ce temps, ce sont 43 milliards de nouveaux impôts et de nouvelles dettes qui sont programmées pour des investissements hasardeux et des lignes de métro en pleine campagne !

Les responsables sont les partis qui ont dirigé l’État et la Région depuis des années.

Face à leur carence, mobilisons-nous, citoyens, usagers des transports.

Après ce lamentable bilan du début de l’été, la Liste des Usagers prépare ses propositions pour la ligne J, et les présentera à la rentrée. Toutes les contributions, témoignages, suggestions, restent les bienvenues, à l’adresse : listedesusagers2015@gmail.com

et bien sûr en commentaires sur ce blog.

Jean-Claude Delarue, président de SOS Usagers
Frédéric Lefebvre-Naré, conseiller municipal d’Argenteuil

samedi 4 juillet 2015

Un NON pour sortir de la crise de la dette • et après, pour aller où ?

Quelqu'un m'a dit que le référendum grec était pour ou contre l'euro, ou pour ou contre l'Europe !

Cela montre à quel point le discours dit « pro-européen », et en fait "autruchien", sème la confusion dans les esprits qui semblaient les plus clairs.

Ce qu'explique Yanis Varoufakis est pourtant extrêmement simple : un État surendetté est ingouvernable. C'est tout comme un ménage ou une association surendettées : pour poursuivre leur route, pour se redresser, ils ont absolument besoin d'un allègement de dette.

Le FMI l'explique depuis des années (fût-ce discrètement au départ).

Mais depuis 5 ans, l’obstination déraisonnable des gouvernants européens bloque la situation. Ils espèrent faire croire au reste du monde que les reconnaissances de dette grecques valent quelque chose. Juste pour faire croire. Défendre l'honneur de la Famille : non, aucun d'entre nous ne peut avoir failli. Ils se croient peut-être d'une essence supérieure. Le mot Europe transformerait le plomb en or et l'arnaque en euros.

Cette Europe du bluff n'est pas celle à laquelle j'adhère.

Un vote « non » des Grecs ferait tomber ces décors à la Potemkine… non sans risques et fracas.

Un vote « oui » repunaiserait les décors pour 5 mois de plus, et rendez-vous fin novembre. À quoi bon ?

On ne sort d‘une crise que par le courage.

Mais c’est sans doute plus facile à dire sur twitter ou sur un blog, qu’à faire aux commandes d’un Etat.

Courage donc à nos gouvernants !

jeudi 18 juin 2015

+50% en 11 jours — je teste mes capacités à prédire

Le Point a annoncé il y a quelques jours un partenariat avec Hypermind. Cette société organise un jeu de paris sur des évènements futurs. Les joueurs parient avec de l'argent fictif : une dotation initiale de 100000 "H".

Je me suis inscrit, le 7 juin, par envie de voir sous le capot de ce type de système… et aussi comme façon d'objectiver mes capacités éventuelles à comprendre les mécanismes de ce qui se passe, pour anticiper les événements.

Ce 18 juin, mon "capital" fictif a passé la barre des 150000 H, ce qui fait une progression sympathique de +50% en 11 jours, dont je suis assez content :-)

Ça me fait entrer dans le "top 50" des gains cumulés réalisés par les parieurs, et parmi ces 50, je suis le plus récemment inscrit.

Je ne détaillerai pas ici les trucs pour atteindre cette performance :-) … eh non, pas de boule de cristal.

Dans le détail, ces "gains" fictifs proviennent,

  • pour 1/3 d'une question sur les résultats des élections en Turquie,
  • pour 1/3 d'une question sur l'affrontement entre Hezbollah et l'organisation État Islamique,
  • pour 1/6 d'une question sur l'éventuelle émission d'une monnaie grecque à côté de l'Euro,
  • pour 1/6, de paris encore ouverts (sur le niveau de la Bourse, les cours du pétrole, le taux de chômage et la présidentielle 2017 !).

Bien sûr j'ai réinvesti tout ce capital fictif.

Si mes paris en cours sont tous perdants et que je me retrouve avec 0, pas sûr que je refasse un billet ;-)

- page 1 de 380