Argenteuillais démocrate… sans frontière

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 18 juillet 2014

Conseil à Argenteuil, 18/7/14, suite : sur le blog d'EpA

Je fatigue un peu pour ce qui est du live-blogging !

Je me contenterai de poster, conformément à nos engagements, les votes convenus avec mes amis d'Engagés pour Argenteuil, sur le blog du mouvement.

Ce que j'ai dit au Maire sur l'agglomération…

La coutume au Conseil Municipal, à défaut de règlement intérieur, limite à 1 personne le droit d'interventions de l'opposition sur un même sujet[1]. Je confie donc à l'écrit ce que j'aurais souhaité dire aux élus et au Maire, qui met au vote la dissolution de l'agglomération d'Argenteuil-Bezons, sans avoir de solution de remplacement, renonçant ainsi à 4 millions annuels d'euros de l'État, alors même qu'il tremble d'émotion, dit-il, devant la situation financière de la ville.

Le Maire adjoint dit pourtant à l'instant : "il faut qu'Argenteuil ne reste pas seule !…"

Mise à jour : j'ai pu faire cette intervention et en remercie le Maire pour la conduite du débat.


Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les élus,

Il m’arrive quelquefois, comme à vous certainement, d’échanger avec un jeune, ou avec quelqu’un de ma génération, qui se sent mal là où il est. « Je me sens pas bien là-bas, je pose ma dèm’ ! », ou même « Je me sentais pas bien là-bas, j’ai posé ma dèm, je cherche. Qu’est-ce que tu me conseilles ? »

La discussion, je suis sûr que chacun de vous a eu la même, ça donne :

  • Tu veux faire quoi après ?
  • Oh, je cherche.
  • Qu’est-ce qui va pas là où tu es ?
  • Oh, y a Untel avec qui je m’entends pas.
  • Et sinon, pour l’argent, ça allait ?
  • Oui, je peux pas me plaindre, surtout qu’y a la crise partout…
  • Et pour tes dépenses, ton loyer, tu as de quoi ?
  • Bon, j’ai un peu de côté, mais y va falloir que je trouve vite, là, j’ai un peu besoin d’aide.
  • Ben écoute, la première chose, si tu peux encore rattraper ta dèm’, ça serait la première chose. Tu pourrais tout reprendre dans l’autre ordre, non ? Trouver d’abord, et poser ta dèm’ ensuite ?

Chacun de nous donnerait le même conseil. N’est-ce pas ?

Alors aujourd’hui, chacun de nous donnera le même conseil à Argenteuil.

Car la situation dans laquelle se présente la Municipalité est encore plus évidente que les situations individuelles dont je viens de parler.

La Municipalité ne nous explique pas qu’elle a « un peu de côté ». Elle nous explique qu’elle n’a plus un euro en caisse, que l’État lui a déjà bloqué ses dépenses, et qu’elle risque d’être mise sous tutelle d’un instant à l’autre[2].

Or l’agglomération ne rapporte pas un peu, elle rapporte « le maximum du maximum ». 4 millions par an net de dotations d’État, sans contrepartie[3]. C’est d’ailleurs pour cela que, Monsieur le Maire, vous l’aviez créée.

Vous ne nous dites pas « il y a Untel avec qui je ne m’entends pas » (ce serait une raison, complètement immature bien sûr, mais au moins ce serait une raison). Vous nous dites « je le fais parce que j’ai le droit de le faire ». [4]On peut relire la délibération et la note de synthèse à l’endroit et à l’envers, aucune motivation n’y est donnée pour cette décision, aucun avantage n’est annoncé pour Argenteuil et les Argenteuillais.

Monsieur le Maire, avec votre équipe, vous nous dites « je cherche une nouvelle agglo ». Mais vous avez déjà cherché, même par voie de presse, et vous vous êtes fait claquer la porte au nez. Nous entendons en Commission Unique « pas question qu’Argenteuil reste tout seule sur le carreau ! » (et M. Péricat vient de le répéter), mais, avec cette délibération, Argenteuil se mettrait elle-même sur le carreau.

Monsieur le Maire, vous ne nous donnez pas le moindre élément tangible sur le fait que quelqu’un veuille accueillir Argenteuil. Au contraire, ce que vous nous dites, c’est : j’espère qu’une des communes contiguës d’Argenteuil et pouvant entrer dans le Grand Paris (donc Saint-Gratien, Gennevilliers ou Colombes) créera dans les prochaines semaines une nouvelle agglomération qui serait destinée à se fondre un an plus tard dans le Grand Paris (il y a des gens qui n’auraient que ça à faire, créer pour dissoudre), et qui en plus voudrait, entre temps, accueillir Argenteuil, le tout avant le 31 décembre. Si c’était un autre Maire qui vous disait « mon plan, c’est ça », je suis certain que vous répondriez : « écoutez, cher collègue, si tout se réalise selon votre plan, bravo, félicitations, et si vous voulez que votre commune quitte son agglomération actuelle, il sera grand temps de le voter à ce moment-là. ».

Pour quelqu’un d’autre, je suis certain que vous auriez ce bon sens. Alors ayons-le ensemble pour Argenteuil.

La délibération que vous voulez nous faire voter, Monsieur le Maire, coûterait aux Argenteuillais 4 millions sur l’année 2015, et d’autres peut-être ensuite, sans la moindre contrepartie.

Et même si le scénario miracle se réalisait et que Colombes voulait se marier avec Argenteuil (tous les Colombiens tomberaient de l’échelle, mais soit, faisons cette hypothèse), même dans ce cas, la dotation d’agglomération serait bien inférieure à celle dont nous bénéficions actuellement avec Argenteuil-Bezons, au moins 1 million de perdu si ce n’est 2[5].

Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les élus, nous ne débattons plus sur des sujets avec un pour et un contre. Il ne s’agit plus d’emprunts plus ou moins toxiques d’une part, ou plus ou moins bon marché d’autre part ; nous ne parlons plus d’un feu d’artifice qui coûterait 32000 euros d’un côté et célébrerait la fête nationale de l’autre ; nous ne sommes plus sur des embauches qui rendraient tel service d’un côté au prix de telle masse salariale de l’autre ; nous ne parlons plus d’investissements qui créent de la dette d’un côté et un actif de l’autre côté.

Non. Nous parlons d’une délibération qui ferait perdre à Argenteuil X millions d’un côté, avec de l’autre côté, en face, un vœu solennel, c’est-à-dire rien.

Monsieur le Maire, expliquez-nous donc, soit qu’Argenteuil peut se passer sans aucun inconvénient des 4 millions de la dotation d’agglomération, soit que votre délibération rapportera à elle seule ces 4 millions. Et dans le cas contraire, je vous invite à retirer cette délibération.


Monsieur Mothron me répond… que la situation financière d'Argenteuil est tragique. Que n'en tire-t-il la conclusion !

Notes

[1] Finalement, Mme Colin, M. Debeaud, M. Camilleri, sont invités à s'exprimer ; je tenterai ma chance

[2] Enfin, de tutelle, il n'a pas reparlé cette fois-ci.

[3] 5 millions pour l'ensemble de l'agglomération, dont Argenteuil représente environ 80%.

[4] Correction du 19 juillet : je n'ai pas prononcé cette phrase de mon texte rédigé, puisque le Maire a bel et bien expliqué en large et en travers que la raison de la dissolution, c'était sa volonté de ne plus travailler avec Philippe Doucet.

[5] Parce que le coefficient d'intégration fiscale serait certainement moindre, et parce que que le potentiel fiscal moyen des communes serait plus élevé. Voir la règlementation expliquée ici par l'AMF.

L'argent abonde à Argenteuil ! Georges Mothron jette 4 millions par les fenêtres

Georges Mothron confirme donc son intention de quitter l'agglomération. Ce qu'il explique ? Que le Président de l'Agglomération est le même que l'ancien Maire d'Argenteuil, ce qui est "hors de question" : "une équipe qui a écroulé Argenteuil". "À partir du moment où Dominique Lesparre n'a pas souhaité prendre les responsabilités que le Maire d'Argenteuil lui offrait, nous sortirions de cette agglomération."

Donc, confirmation à 100% : c'est purement pour une question de personne que le Maire engage ainsi les finances de la Ville, à hauteur de millions d'euros…

Georges Mothron continue : à la recherche d'une agglomération de rechange, il a été rencontrer les voisines : Parisis, les Yvelines (Sartrouville) et s'est fait jeter les deux fois (il n'emploie pas ce terme). "Le maire de Cormeilles, peut-être un peu trop égoïste, voit que 50% de sa nouvelle population vient d'Argenteuil, et se demande comment des gens venus d'Argenteuil accepteraient qu'Argenteuil les rejoigne !".

Les préfets de la Région ont comme objectif de créer en grande couronne des agglomérations de 200000 habitants au moins. Celui du Val d'Oise n'a pas réussi à convaincre le Parisis ni Val et Forêt, qui fusionneront par décision du 30 septembre prochain, d'accueillir Argenteuil.

Restait la "proposition", dit le Maire, "de rejoindre la métropole du Grand Paris. C'était la seule. Nous avons travaillé, expertisé… Mais elle ne démarrera que le 1er janvier 2016. Donc une sortie d'Argenteuil nous laisse dans le même pouvoir maléfique (sic) pendant quelques temps supplémentaires. Il faut donc une entité intermédiaire, elle est en train de naître, il y a de très fortes chances, nous y reviendrons au prochain Conseil Municipal en septembre."

Donc, ce n'est pas acquis… Alors pourquoi donc dissoudre aujourd'hui l'agglomération !

Eh bien, "sauf s'il se passe un coup de théâtre ce soir ; que le Président d'agglomération et ses 4 vice-présidents argenteuillais démissionnent devant le Préfet, dans les minutes qui viennent."

Philippe Doucet : "je ne vais pas répondre sur le niveau où vous êtes en train d'installer le débat. Le sujet mérite un autre niveau que ces insultes. Il va falloir vous faire au pouvoir maléfique, car nous sommes ici et y resterons."

"Vous êtes prêt à jouer l'avenir d'une ville sur les 50 prochaines années, pour une hostilité personnelle. Je vous avoue que vous nous décevez encore."

"C'est un moment important. On aura l'occasion de revenir sur le rapport de la CRC. Là où vous parliez de 305 millions de dette, elle écrit 268 millions… nous aurons l'occasion de répondre. Nous attendrons la position du Préfet sur la mise sous tutelle dont vous nous rebattez les oreilles depuis des semaines. Nous y reviendrons en septembre."

"Depuis plus de 3 mois vous ne cessez de clamer que vous voulez la dissolution de l'agglomération, et chaque semaine présentez une solution différente ! De quoi donner le tournis. Aucune analyse sérieuse n'a été effectuée sur l'intérêt d'Argenteuil, le meilleur moyen d'assurer son avenir, et pour cause : vous avez le mérite de la franchise, vous voulez dissoudre l'agglomération parce que … vous n'en avez pas été élu Président."

"Vous aviez manifestement oublié les termes de la loi que vous avez voté. Dominique Lesparre n'est pas présent ce soir, vous êtes gonflé de le citer, il vous répondra directement".

"Vous êtes incapable de nous présenter une quelconque analyse, a fortiori d'avoir mené une quelconque consultation démocratique. Vous aviez pourtant jusqu'à fin septembre, voire le 15 novembre comme un amendement le prévoit."

"Si Colombes ne veut pas partager avec Argenteuil la charge des ordures ménagères et les autres compétences de l'agglomération, tout cela reviendra à la Ville, avec la dette correspondant à ces équipements, 80 millions, en espérant que quelqu'un va la prendre. Et ce soir vous êtes incapable de nous dire qui la prendra."

"Ce vote engage la responsabilité de chaque élu présent ce soir."

"La 'dissolution au 1er janvier 2015', c'est une lettre au Père Noël en juillet. Il n'y aura pas de nouvelle agglomération sur le territoire de la Métropole avant la création de celle-ci. Vous n'êtes pas au-dessus de la loi. Nous refusons ce saut dans l'inconnu sans parachute, et nous voterons contre."

"Votre seul objectif est la dissolution… vous devrez peut-être attendre encore 2 ans et demi. Pendant ce temps, les Argenteuillais et Bezonnais pourront compter sur les services et les élus de l'Agglomération."

Mme Brakni, élue de la majorité, répond "Quand a endetté la ville pour plus de 155 ans, je vous trouve gonflé."

M. Xavier Péricat : "nous ne demandons pas mieux qu'une Agglomération utile aux Argenteuillais. L'Agglomération aujourd'hui appuie sur la tête d'Argenteuil. Nous réclamons un fonds de concours (qu'en fait l'opposition dont il faisait partie avait critiqué année après année !)."

"La délégation de service public des marchés forains représente 350000 euros de dépenses de plus car nous devrons assurer à la place de l'Agglomération, le nettoyage des marchés."

"Je trouve navrant d'agiter les peurs des agents en demandant ce qu'ils deviendront : de par leur statut, ils continueront à travailler sur le territoire."

(Je publie mon propre projet d'intervention et vous passe, entre temps, les interventions de M. Debeaud, de Mme Colin et de M. Camilleri… totalement hors sujet, alors, ce n'est pas une perte).

Puis M. Savry annonce que "l'agglomération, on la quittera au bon moment." (Il n'empêche qu'il fait voter une date, le 31 décembre.

M. Abdelkader Slifi "partage la vision de M. Savry, seul à avoir posé des éléments de réflexion sur une stratégie territoriale. Il faut être tourné vers la Défense, donc, ne pas quitter l'agglomération. C'est sur le projet des berges de Seine qu'il faut travailler, pour que le développement de Bezons fasse tache d'huile jusqu'au centre ville d'Argenteuil".

"Deuxième question : pourquoi ne répondez-vous pas à la remarque de Frédéric Lefebvre-Naré, n'attendez-vous pas une proposition d'un EPCI pour dissoudre l'agglomération ? Ainsi Argenteuil ne se trouverait pas orpheline et ne perdrait pas la dotation de 4 millions d'euros."

M. Mothron répond que le Préfet attend une réponse avant fin juillet. (En fait, il attend bien une réponse, mais pas nécessairement une dissolution !)

Le Maire met au vote : seule l'opposition vote contre, aucune abstention… eh bien, les conseillers de la majorité n'auront plus qu'à assumer leur responsabilité.

- page 1 de 365