Argenteuillais démocrate… sans frontière

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 6 juin 2018

"Dès que quelque chose fait du lien, vous l'enlevez !"

B. habite près d'Argenteuil et je l'avais croisée à une réunion de Résistons !. Elle m'a rappelé ce soir et dit deux trois trucs.

J'avais été frappée, à cette réunion, par les femmes qui parlaient du combat pour garder les maternités. On sentait le désarroi des territoires qui ne peuvent rien faire !

Les décisions ne sont plus à l'endroit où on croit qu'elles sont.

Plus vous êtes proches, plus vous avez de l'influence : (alors) on se débrouille pour que les décisions soient le plus loin possible.

Les maxi-régions ne veulent plus rien dire !

Ça vient en grande partie de la volonté de l'Union européenne. Le but, c'est de casser les solidarités à l'endroit où elles sont.

Le vote "non" (de 2005), qu'on a… C'est là que ça s'est passé. Quand on a fait revoter les Danois, il y a quelque chose qui ne va pas ! Les Irlandais aussi ! C'est à partir de ce moment-là. On nous vantait la volonté des peuples, mais ils pouvaient dire A ou B, on n'en tenait pas compte ! Ça a cassé quelque chose. Alors que les idées, au départ, étaient de belles idées.

La difficulté, c'est : comment résister ?

Il faut que les gens le fassent avant que tout s'écroule ! Les idées nouvelles repartent de la base… (mais) ça prend du temps.

(Ce qu'on voit avec le projet de suppression/privatisation de la salle des fêtes municipale d'Argenteuil, c'est que) dès que quelque chose fait du lien, vous l'enlevez !

On avait une amitié franco-allemande, européenne… Aujourd'hui, plus personne ne se sent européen !

On nous impose quelque chose qui ne correspond pas du tout à la volonté des peuples. Ce ne sont que les lobbies. Et le pire c'est que, comme ça ne correspond pas à la volonté des peuples, ça ne marche jamais !

Il faut refaire société.

J'avais lu son livre "Un berger à l'Élysée", c'était tout ce que je pense !

Pour le lire, il fallait le vouloir : il était tout en bas, à la Fnac ! Il y avait énormément de livres politiques, mais Jean Lassalle était au fin fond, j'ai eu le dernier exemplaire.

Je l'ai fait lire !

Il faudrait qu'on réfléchisse (à tout ça). De toute manière ça repartira de la base, de la solidarité locale. Il faut des synergies, et elles peuvent être faites ! Mais ils font des lois pour faire exactement le contraire.

Déjà, faites ce que vous pensez être bien, pour vous et pour les personnes qui vous entourent.

La Résistance, elle était multiple, elle allait dans tous les sens. Chacun fait (de là où il est). Les Allemands qui résistaient (étaient éparpillés, certains pouvaient faire très peu), envoyer de simples cartes postales… Déjà, dans leur tête, ça changeait.

Il faut retrouver nos solidarités.

Ben voilà. Qu'est-ce qu'on a à se creuser la tête sur des points de programme pour l'Europe ? Tout est dit. Passe le message à ton voisin.

lundi 28 mai 2018

Pause de politique, suite

Bon, je spamme tout de même twitter. Je vibre aux nouvelles incroyables d'Italie et d'Espagne (go M5S go!), je sympathise avec la remontada des Lib Dems au Royaume-Uni, j'écarquille les yeux devant la trajectoire de la boule de flipper Iran-Corée du Nord-Gaza-Syrie,…

Surtout, j'espère qu'il y aura enfin une ouverture en 2019 pour une Europe des Européens, qui balaye la lobbycratie et ses édifices tellement vermoulus que seuls les plus tortueux sauraient les faire tenir debout…

Un peu plus concrètement, j'ai participé à deux réunions passionnantes du bureau provisoire de Résistons !, et une journée de travail super-encourageante d' "Argenteuil en commun". Et c'est à peu près tout.

En fait je reste dans la continuité du billet précédent :-)

trail_des_aubins.jpg

jeudi 26 avril 2018

Courir par la France • du 14 au 28 juillet !

L'ultra-trail, c'est trop dur. Au marathon, j'suis pas beau. Escalader les escaliers, c'est quelque chose que je n'peux plus faire.

Mais l'entraîneur des vieilles pointes à l'USA, l'Union Sportive Argenteuillaise (depuis 1895) m'a convaincu de m'aligner sur un Tour qui est plus une fête qu'une épreuve : la France en courant.

France_en_courant_couverture.jpg

Sans faire un billet politique, ce que je vois de la France en courant, c'est du Jean Lassalle à l'état pur, alors je ne pouvais pas refuser.

C'est de la débrouille et de la créativité, ce sont des stars modestes, c'est un culot niveau présidentiel,…

Capture_d_ecran_2018-04-26_a_23.27.07.png

… c'est une organisation d'enfer qui n'en a pas l'air.

Ce sont 7,5 + 196 + 186 + 189 + 187 + 190 + 192 + 192 + 188 + 189 + 192 + 189 + 189 + 187 + 170 km à courir, par équipes de 8. Oui, en relais.

france_en_courant_carte.jpg

Cette année au programme, les cols de Sainte-Marie (772 mètres d'altitude), du Bonhomme (904 m), le Hohrod (976 m), Soultzhaut (1289 m), le col de la Faucille (1320 m), celui des Glières (1445 m), les Saisies (1650 m), le Glandon et la Croix-de-Fer (2065 m), le Télégraphe (1566 m), le Galibier (2645 m), l'Izoard (2360 m), le Lautaret (2057 m), Ornon (1360 m), Saint-Nizier-du-Moucherotte (1159 m), avant de redescendre gentiment sur Ouistreham (5 m).

Qu'est-ce qui a pu faire croire à Mohamed que je pourrai enchaîner tout ça. Sans doute, il s'est dit que faire 200 km par jour, si on partage à 8, tout le monde peut.

Capture_d_ecran_2018-04-26_a_23.36.45.png

Et me voilà sponsorisé pour la première fois de ma vie, puisqu'il m'a inscrit dans l'équipe du département de l'Eure (amis normands, merci) aux côtés de deux athlètes russes et autres camarades bien plus endurants et rapides que votre serviteur.

Bref j'ai le vertige, et en même temps je me dis que c'est la meilleure course qui existe. Je rêve bien plus de découvrir des milliers de kilomètres de paysages de France, que d'affronter le vent du désert. Enchaîner les relais de 2 ou 3 kilomètres au fil de la journée, ça doit être bien plus physiologique que de s'épuiser sans discontinuer sur les trois heures d'un marathon. Et le relais, ça veut dire que tu cours quand tu es en forme, et que les collègues prennent tes relais si tu te blesses. C'est la solidarité.

Alors : ami·e qui passes par là, et qui aimes faire ton footing un peu plus que le dimanche, pourquoi pas toi ? Il reste de la place ! Ami·e qui seras quelque part dans la moitié Nord-Est de la France pendant la 2ème quinzaine de juillet, je compte sur toi pour claquer la bise à un coureur en sueur, et voilà pour chaque village les heures de passage. À cet été sur les routes !

P.S. pour les Argenteuillais·es : allez, il suffirait d'être 8 pour faire une équipe Argenteuil !

P.S. 2 : Vous n'avez pas encore regardé le reportage ? à 9'07'', faites (comme moi) la connaissance de Maxime Boursier, qui sera mon capitaine pendant ces 15 jours.

- page 2 de 426 -