Argenteuillais démocrate… sans frontière

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 24 janvier 2015

Laïcité : au moins un but commun (contribution au débat du 23 janvier)

Hier 23 janvier, le député Philippe Doucet réunissait à la Cave Dîmière, pour une réunion d'échanges sur la laïcité, "des gens proches des valeurs de gauche".

La réunion était très forte, et même touchante. Des musulmans attachés au respect dû au Prophète, des catholiques piliers de paroisse, des "athées jusqu'au bout des ongles" (pour reprendre les mots de certains) ont échangé leurs réactions sur les tragédies récentes dans le respect, l'écoute et la fraternité.

Je suis intervenu sur quelques sujets qui me tenaient à coeur. Je reconstitue ici de mémoire cette intervention, en ajoutant du fil là où elle était décousue.


Je remercie le Député d'avoir invité, à travers nous, des représentants d'une tradition politique différente, celle du centre. Pour la gauche, la laïcité a toujours été un slogan fédérateur, qui ne posait pas question. Pour le centre, la laïcité a toujours été un sujet de débat, important et délicat ; car le centre réunit deux familles de pensée, l'une laïque portée par la franc-maçonnerie, l'autre démocrate-chrétienne, composée de personnes qui s'engageaient en politique au nom de leur foi, pour aider à concrétiser dans la société les valeurs auxquelles ils adhéraient comme chrétiens. Au MoDem, où nous avons milité pendant des années, nous avons toujours eu des personnes très attachées à la religion, et des "athées jusqu'au bout des ongles", très méfiants par rapport à la place des religions dans la société. Il y a eu des tensions, par exemple dans les débats sur le "mariage pour tous".

Comme je fais par ailleurs, depuis plus de vingt ans, des sondages et des études d'opinion, j'ai une mauvaise nouvelle pour les musulmans. Vous avez pu le voir dans les médias : la majorité des Français se méfient de l'islam.

En fait, la mauvaise nouvelle, c'est que les terroristes auteurs des derniers attentats sont, pour la majorité des Français, des musulmans.

Quand des représentants musulmans passent dans les médias, ils disent "ces terroristes ne sont pas des musulmans". Cela veut dire, si je comprends bien, "ils s'opposent à l'islam". Mais la majorité des Français ne comprend pas cette phrase, ils pensent que les représentants qui disent cela cherchent à éviter le problème.

Ces terroristes ne sont peut-être pas des musulmans, mais ils ont trouvé dans des communautés musulmanes, dans des réseaux musulmans, le soutien dont ils avaient besoin. Ce n'est pas la communauté musulmane dans son ensemble qui est concernée, mais c'est dans des communautés musulmanes que se trouve le terreau de ce terrorisme.

Aujourd'hui c'est l'islam qui est concerné, hier c'étaient les communistes… les terroristes des années 70 étaient tous communistes. C'était dans des réseaux communistes qu'ils trouvaient leurs soutiens. Pourtant les communistes dans leur ensemble, et leurs institutions, n'étaient pas terroristes du tout ! Totalement légalistes au contraire ! J'imagine que le Parti Communiste Français passait aux Renseignements Généraux la moindre information qu'il pouvait avoir ! Et pourtant, c'étaient bien des communistes.

Au passage, j'ai vu ces jours-ci sur twitter, c'est de mémoire, quelqu'un écrivait qu'il n'y a pas de terroristes athées. Il oublie Staline, Hitler et Pol Pot ! L'athéisme est le point commun des plus grandes terreurs du XXème siècle ! Et pourtant, bien sûr, les athées n'ont rien à voir avec le terrorisme.

Un petit témoignage personnel. J'ai vécu deux ans dans un pays à majorité musulmane, le Burkina Faso. Un pays où, depuis au moins un siècle il n'y a pas eu le moindre affrontement ou incident lié aux différences de religion. Les relations entre religions y sont tout à fait paisibles.

Avant le départ, l'ONG qui m'envoyait nous avait très bien formés. L'idée essentielle c'était "Quoi que vous voyez, il y a une raison. Ne réagissez pas simplement parce que vous êtes choqués. Dites-vous que ça pourrait aussi arriver à vous ou en France, selon les circonstances."

Ça m'a beaucoup aidé ; et pourtant, en deux ans, il est arrivé trois fois que je me dise : non, ça, c'est pas possible, en France, jamais ça n'arriverait !

Une fois, c'étaient les jeunes filles avec des vernis à ongles bleu clair ou vert clair. Je me suis dit : jamais on ne verra ça en France ! Vous voyez, c'était il y a plus de 25 ans.

La deuxième, c'était une grève des infirmières. Je me suis dit : en France, jamais les infirmières ne feraient grève. Et après mon retour en France, il y a eu une grande grève des infirmières.

La troisième, c'étaient les femmes "wahhabites" avec un voile noir qui les cachait entièrement, de la tête aux pieds. Je me suis dit : en France, on n'accepterait pas ça.

C'était il y a longtemps alors je me suis habitué ; mais ça fait que je comprends quand des gens sont choqués aujourd'hui, comme je l'étais à l'époque.

Alors, que faire après les attentats ? Il va y avoir des décisions difficiles à prendre, parce que les gens ont des opinions différentes sur le problème.

Ce sont bien des opinions. Les uns disent que le problème à combattre, c'est l'islamophobie, l'antisémitisme, la discrimination, "l'apartheid"… Les autres, je crois que c'est la majorité, pense que le problème vient de l'islam ; ou bien de l'islam comme cas extrême de la religion ; donc : que le problème vient de la religion.

Ce sont des opinions très différentes, et c'est inquiétant.

Mais ce qui me rassure, c'est que nous avons, que 99% des Français ont, je crois, un objectif commun. Celui qui s'est exprimé le 11 janvier. Une société paisible, solidaire, où tout le monde se sente respecté. Les valeurs de la laïcité, elles se sont exprimées dans tous ces dessins, ces panneaux, ces discussions… je pense qu'elle n'a pas eu, depuis longtemps, autant de contenu que ces jours-ci. Ces manifestations ont été un grand jour pour la laïcité.

Comment traduire cet objectif dans nos actes, là il reste des questions.

Il y a au moins une chose sur laquelle nous sommes tous d'accord : apprendre à réfléchir, à se faire une opinion, à l'époque de Facebook, Twitter et compagnie. J'entends à la télé qu'on accuse Facebook parce que des terroristes mettent leur propagande sur Facebook ; mais il y a 30 ans les terroristes mettaient leur propagande sur des tracts, et on n'accusait pas les tracts ! Les tracts n'ont pas de revolver, Facebook n'en a pas non plus.

Et pourtant quelque chose a changé. Les informations n'arrivent plus de la même façon qu'avant, et nous avons besoin d'apprendre à les recevoir, à les comprendre. Ça ne concerne pas seulement les "jeunes des banlieues". La théorie du complot n'est pas réservée aux musulmans. Le directeur informatique d'une entreprise avec laquelle je travaille me disait il y a quelques jours : "c'est louche, le Mossad doit être là-dedans, la carte d'identité laissée dans la voiture c'est pas possible…" Il n'a plus quinze ans, il a fait des études, il a un prénom d'origine latine… Cette maladie qu'est la théorie du complot, elle peut toucher tout le monde. Nous devons chercher les remèdes ensemble. Parce qu'elle fait partie de ce qui tourne la tête des gens qui deviennent des terroristes.

Pour conclure, une citation de Marguerite Duras que j'ai lue sur Twitter diffusée pendant les manifestations du 11 janvier. Elle date de 1985 et parle de l'an 2000.

En l'an 2000, "les réponses, il n'y aura plus que ça. Je crois que l’homme sera, littéralement, noyé dans l’information, dans une information constante. Ils verront de la télévision, on a des postes partout, dans la cuisine, dans les WC, dans le bureau, dans les rues."

Les personnes libres sont celles qui sauront poser les questions. Apprenons ensemble, et aidons les jeunes et les moins jeunes, à poser les questions.

vendredi 16 janvier 2015

Reprenons les bonnes habitudes — stats et remerciements

Le combat politique ordinaire reprend. Et la vie de blogueur.

Consistant, au moins une fois de temps en temps, à remercier ses lectrices et lecteurs, commentatrices et commentateurs ! Ça doit bien faire 18 mois que je n'avais pas fait le point… merci aux fidèles, bienvenue aux nouveaux !

Depuis octobre, vous êtes bien plus nombreux ici que les deux années précédentes. Notamment pour y trouver les nouvelles d'Argenteuil et les Conseils Municipaux commentés en direct. Alors attention… ce n'est plus ici, c'est désormais sur le blog d'Engagés pour Argenteuil ! Autre tendance, bien sûr, le développement de l'accès par Twitter, ainsi que de la lecture "sur" Facebook, qui ne se voit pas sur les statistiques ci-dessous. Donnant lieu à d'autres discussions, sur une autre tonalité, que celles des commentaires publiés ici.

stats_blog_a_dec14.png

Remerciements particuliers aux consoeurs et confrères — surtout des confrères, en fait :-( — qui publient des liens vers ce blog et y conduisent ainsi certains de leurs visiteurs : L'Hérétique, Philippe Gibault, Authueil, Argenteuil.Politique, OlivierSC, Art Goldhammer, Hervé Kabla, Triton, Nicolas des vaches, ainsi que l'agrégateur des Jeunes démocrates.

Une bonne, et surtout, une meilleure année à tous !

samedi 10 janvier 2015

L'union nationale doit aller jusqu'aux nationalistes, et aux internationalistes #JeSuisCharlie

Il y a toute une affaire sur l'absence d'invitation de la gauche au Front National pour dimanche. Et quelques commentaires sur le refus d'Olivier Besancenot d'y participer.

Je partage, comme de coutume, les opinions exprimées par François Bayrou ou Arthur Goldhammer.

Mes quelques grains de sel :

1) La manifestation n'a été initiée par aucune "union nationale" mais par les partis de gauche. C'était leur façon d'exprimer leur propre réaction après à la tragédie. Mais le mouvement quasi-unanime de la société française a poussé nos dirigeants (que ce soit à Solférino ou à l'Élysée) à inviter le chef de l'opposition, l'ancien président Nicolas Sarkozy, président de l'UMP. Que je sache, ils n'ont invité ni l'UDI, ni le MoDem, ni Cap21, ni le Front démocrate, et je comprends très bien qu'à ce point, l'appartenance partisane ne soit plus le sujet.

2) J'entends autour de moi deux grandes inquiétudes pour notre société, exprimées en réaction à cette tragédie.

L'une, je l'entends plutôt de militants associatifs, de la gauche, et de musulmans. C'est la peur de fractures violentes et grandissantes au sein de notre société. De violence islamophobes et de discrimination croissante dans tous les domaines. De "pogroms" ou autres sortes d'émeutes, et bien sûr, d'une répression croissante, donc, de moins de liberté pour chacun de nous.

L'autre, je l'entends surtout de… gens qui n'entrent pas dans les cases précédentes, représentant peut-être une vaste majorité. C'est la peur que l'islamisme gagne : de plus en plus de voiles, de plus en plus de refus de serrer la main à l'enseignante, de plus en plus d'enfants avec une éducation doctrinaire et bornée, et, résultat attendu, de plus en plus de terroristes et de bombes.

Les premiers disent : nous devons rester une société unie, quoi que fassent les terroristes.

Les seconds disent : nous devons nous unir contre les terroristes (et les djihadistes, et les intégristes dans le même sac).

(Arrivé à cet endroit, je ne peux cacher pas mon sentiment personnel : le premier discours me fait pitié par son impuissance. Le second me fait flipper par sa mécanique infernale).

Inviter le FN, pour beaucoup de militants de gauche, cela serait ouvrir la voie au second discours, à la fracture islamophobe. Ce serait renoncer au rêve d'une société unie — au sens d'une société qui dépasse les divisions ethniques ou religieuses.

3) Mon opinion, et la nôtre (militants du centre), c'est que ces deux inquiétudes doivent être intégrées. Intégrées et dépassées dans une ambition plus grande, et plus en prise sur les réalités de la société française d'aujourd'hui, si nous voulons des résultats.

Ma crainte est celle du pipeau : une 15ème loi anti-terroriste, qui ferait passer "l'apologie du terrorisme" de 7 à 10 ans de prison, ou ferait entrer les lance-roquettes de l'armée dans les halls des gares en renfort des FAMAS.

Mon espoir est que les manifestations actuelles, spontanées ou organisées, en réunissant des gens de toutes sortes, soient le creuset de cette nouvelle ambition. D'une France à la fois unie sans exclusive, et forte contre tous les ennemis[1].

Et c'est pourquoi les nationalistes devraient en être, eux aussi. Et aussi les internationalistes. Et aussi les autres.

Something got to be done
No one is alone
(Alpha Blondy, Rock and Roll remedy)

Notes

[1] Parce que moi aussi, je trouvais ce slogan remarquable : un pays uni, rien ne lui résiste.

- page 3 de 378 -