Argenteuillais démocrate… sans frontière

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 26 avril 2018

Courir par la France • du 14 au 28 juillet !

L'ultra-trail, c'est trop dur. Au marathon, j'suis pas beau. Escalader les escaliers, c'est quelque chose que je n'peux plus faire.

Mais l'entraîneur des vieilles pointes à l'USA, l'Union Sportive Argenteuillaise (depuis 1895) m'a convaincu de m'aligner sur un Tour qui est plus une fête qu'une épreuve : la France en courant.

France_en_courant_couverture.jpg

Sans faire un billet politique, ce que je vois de la France en courant, c'est du Jean Lassalle à l'état pur, alors je ne pouvais pas refuser.

C'est de la débrouille et de la créativité, ce sont des stars modestes, c'est un culot niveau présidentiel,…

Capture_d_ecran_2018-04-26_a_23.27.07.png

… c'est une organisation d'enfer qui n'en a pas l'air.

Ce sont 7,5 + 196 + 186 + 189 + 187 + 190 + 192 + 192 + 188 + 189 + 192 + 189 + 189 + 187 + 170 km à courir, par équipes de 8. Oui, en relais.

france_en_courant_carte.jpg

Cette année au programme, les cols de Sainte-Marie (772 mètres d'altitude), du Bonhomme (904 m), le Hohrod (976 m), Soultzhaut (1289 m), le col de la Faucille (1320 m), celui des Glières (1445 m), les Saisies (1650 m), le Glandon et la Croix-de-Fer (2065 m), le Télégraphe (1566 m), le Galibier (2645 m), l'Izoard (2360 m), le Lautaret (2057 m), Ornon (1360 m), Saint-Nizier-du-Moucherotte (1159 m), avant de redescendre gentiment sur Ouistreham (5 m).

Qu'est-ce qui a pu faire croire à Mohamed que je pourrai enchaîner tout ça. Sans doute, il s'est dit que faire 200 km par jour, si on partage à 8, tout le monde peut.

Capture_d_ecran_2018-04-26_a_23.36.45.png

Et me voilà sponsorisé pour la première fois de ma vie, puisqu'il m'a inscrit dans l'équipe du département de l'Eure (amis normands, merci) aux côtés de deux athlètes russes et autres camarades bien plus endurants et rapides que votre serviteur.

Bref j'ai le vertige, et en même temps je me dis que c'est la meilleure course qui existe. Je rêve bien plus de découvrir des milliers de kilomètres de paysages de France, que d'affronter le vent du désert. Enchaîner les relais de 2 ou 3 kilomètres au fil de la journée, ça doit être bien plus physiologique que de s'épuiser sans discontinuer sur les trois heures d'un marathon. Et le relais, ça veut dire que tu cours quand tu es en forme, et que les collègues prennent tes relais si tu te blesses. C'est la solidarité.

Alors : ami·e qui passes par là, et qui aimes faire ton footing un peu plus que le dimanche, pourquoi pas toi ? Il reste de la place ! Ami·e qui seras quelque part dans la moitié Nord-Est de la France pendant la 2ème quinzaine de juillet, je compte sur toi pour claquer la bise à un coureur en sueur, et voilà pour chaque village les heures de passage. À cet été sur les routes !

P.S. pour les Argenteuillais·es : allez, il suffirait d'être 8 pour faire une équipe Argenteuil !

P.S. 2 : Vous n'avez pas encore regardé le reportage ? à 9'07'', faites (comme moi) la connaissance de Maxime Boursier, qui sera mon capitaine pendant ces 15 jours.

lundi 26 février 2018

Top lectures : Ébène, Chinoises, Tokyo Vice. Three Billboards en prime

Quelques recommandations vite faites, à l'attention de celles et ceux qui, comme moi, n'accrochent malheureusement pas aux romans, parce qu'il leur faut du vrai pour y croire.

Quelqu'un, je ne sais plus qui, m'avait offert "Ébène". Ryszard Kapuscinski y raconte, mieux que je ne saurai jamais le faire, l'Afrique que j'ai rencontrée il y a plus de 30 ans.

J'ai retrouvé son regard dans la magnifique exposition "Mali Twist" de la fondation Cartier sur le photographe récemment disparu, Malick Sidibé. Un contemporain de mon beau-père, qui l'avait forcément rencontré quand il était en CAP à Bamako, car les capitales africaines étaient petites alors. L'expo a fermé hier mais le site est encore là.

J'ai trouvé "Chinoises" à la fête de LO. Xinran a animé au tournant des années 90, sur une radio de Shanghaï, une émission de reportages et de libre antenne sur la vie des femmes. Le livre réunit quelques histoires de femmes ballottées ou écrasées par quatre décennies de révolution. Et aussi l'histoire immobile des femmes de "Colline hurlante", village troglodyte où le Moyen-Âge n'est pas encore arrivé.

J'ai sur une étagère un livre sûrement très bien dont je n'ai pas dépassé le premier chapitre : "Ce que pense la Chine". Ma bonne volonté n'a pas résisté au décalage entre le titre et le contenu : il s'agit en fait de "ce que pensent" les académies et quelques autres intellectuels. C'est certainement très bon à savoir ; mais sur ce que vivent 99,9% des Chinoises et aussi des Chinois, j'ai l'impression d'être mieux informé par Xinran.

J'ai reçu à Noël (merci R.) "Tokyo Vice", de Jake Adelstein, Américain qui a travaillé des années aux "Faits divers" d'un grand quotidien japonais. C'est de la même richesse que "Chinoises", en plus âcre, puisque ce journaliste-ci cherche les histoires que leurs protagonistes n'auraient pas voulu raconter.

Je n'accroche pas aux romans, mais deviens très bon public quand l'image porte la fiction, en BD ou au cinéma. Une amie ayant recommandé "Three Billboards", j'y suis allé ; malgré un titre qui me disait rien (à quoi bon ne pas traduire des mots pareils, ce n'est même pas le titre original), malgré une affiche qui ne me parlait guère, et malgré ce que j'avais mal lu sur internet au sujet du film — quelque chose comme "un film psychologique qui tourne au thriller". C'est pas ça. C'est un film honnête sur ce que des événements singuliers, et tragiques, peuvent provoquer sur des gens normaux. L'histoire n'est presque pas inspirée de faits réels. L'héroïne n'est pas le héros (rien à voir avec "Erin Brockovich"). La fin n'a rien à voir avec celle d'un thriller. Ce n'est pas non plus un film réaliste : autant de coups de théâtre que dans un Shakespeare, autant de répliques choc que chez Sophocle, des cadrages presque aussi directifs que ceux de Wes Anderson.

Le film fait partie des favoris pour les Oscars. Il a triomphé aux BAFTA. Les prix de meilleure actrice et de meilleur second rôle masculin sont allés à Frances McDormand et à Sam Rockwell. Celui-ci disait, dans je ne sais plus quelle interview, qu'eux deux ont joué leur rôle en "do or die", et que c'était la seule façon d'y arriver. C'est bien l'impression qu'ils donnent (et quelques autres actrices et acteurs de ce film aussi), donc, en fin de compte, ce n'est pas de la fiction :-)

dimanche 18 février 2018

Fake news — le rap

Un de mes restes de gaminerie, c'est un côté bon public… Après une pièce de théâtre ou un concert, il me travaille en boucle pendant quelques jours. Et comme mon oreille n'a retenu que les trois dernières notes, je les chantonne en continu. Prenant mon parti de ce mini-handicap, j'ai écrit, dans la foulée du concert de JP Manova à La Maroquinerie ce jeudi 15, une version rap du billet précédent. À plusieurs voix (0, 1, 2, 3 voire 4). Un brouillon de chanson sur un thème proche ici.

1 : Un astéroïde inca · s’abattra en gare · le 31 décembre à 23 heures 50. SNCF vous prie d’excuser (fading) cet incident indépendant de sa volonté.

2 : Tu sais toi pour les Juifs ?
Tu sais pour les terroristes ?
Mais si, tu sais, j’t’ai fait passer
La vidéo qui dit tout.

3 : La minette est voilée
Elle a quelqu’chose à cacher
Ses yeux bleus c’est pas un hasard
Si on la montre à la télé.

4 ou 2 : C’est que d’la merd’ c’qu’y disent
T’as entendu Wauquiez
Si c’que tu cherches c’est la vérité
Regarde ce qu’y disent pas.

0 : T’as des fake news à longueur de journée
T’as des fake news qu’on veut nous faire gober
T’as des fake news, on est manipulés
T’as des fake news — — —

0 : Y a le copain · de la copine · du p’tit frère de la sœur
Il expliquait · à la cantine · que l’e-mail du prêcheur
Permet d’comprendre · pourquoi les gars · qui d’vaient intervenir
Se sont barrés · à 18 heures · comme s’y voyaient rien venir
On voyait bien · à la télé · les traces de fumées noires
Ceux qui disent qu’y · s’est rien passé · ils ont qu’à aller voir
Moi j’ai suivi · sur internet · tout c’que disaient les gens
T’en avais plein · qui s’demandaient · pourquoi le mec devant…
0 ou 3 : Ça m’fout la rage · quand j’me rends compte · qu’on pourra pas savoir,
Qu’on est traités · comme des moutons · juste bons à laisser boire

0 ou 3 : Trop de fake news à longueur de journée
Trop de fake news qu’on veut nous faire gober
Trop de fake news, on est manipulés
Trop de fake news — — —

2 et 0 : Tu sais toi pour le Juif ?
T’as compris, pour le psy ?
Le mec qu’explique le capitalisme
La relativité

2 et 0 : Toutes ces fake news à longueur de journée
Toutes ces fake news qu’on veut nous faire gober
Toutes ces fake news, on est manipulés
Toutes ces fake news — — —

0 : …

C’est un ange qui · est apparu · et lui a tout dicté
Il a marché · sur l’eau pour dire · qu’y faut tout pardonner
Le mec est mort · « pour nos péchés », · des gars ont écrit ça
Et ils répètent · les mêmes histoires · comme si l’monde changeait pas
Tous ces types · qui s’font exploser · en rêvant d’paradis
Toutes ces bonnes femmes · derrière des grilles · qui verront rien d’la vie
La religieuse · paralysée · qu’est r’partie en courant
Les veuves de guerre · les prisonnières · qui s’accrochent au Coran
La maman — · de Brassens — · dont le fils est guéri
Le Jésus — · sur la croix — · et son regard fini

0 ou + : C’est des fake news, ou c’est plonger dans l’vide ?
C’est des fake news, ou un crochet dans l’bide ?
C’est des fake news, mais quelque chose me dit
C’est des /

- page 1 de 41