Notre camarade de comité Jean Vilar Dominique Mariette m'ayant invité[1] au banquet de LO ce samedi à Bezons, j'ai eu l'occasion d'y participer pour la première fois.

Pendant la campagne présidentielle, quand Nathalie Arthaud était venue tenir meeting à Jean Vilar, je m'y également rendu, comme conseiller municipal, et comme membre d'une équipe de campagne engagée dans la même compétition.

J'avais été impressionné par l'implication des participants et par l'atmosphère de camaraderie, au sens de : à la fois amicale et exigeante. J'avais été frappé aussi par l'ambition intellectuelle du parti. Sa volonté d'expliquer la marche du monde, de retendre le fil entre la révolution d'Octobre 1917 et un présent qui y ressemble de moins en moins. J'avais été surpris de me trouver d'accord avec la plus grande partie du discours de Nathalie Arthaud, son analyse de la situation politico-économique du moment, et beaucoup de ses propositions pour le court terme. Évidemment, ça se gâtait quand la candidate embrayait sur le futur : pour LO, l'élection n'est qu'une occasion de communiquer, de rallier des partisans en vue d'une future révolution ouvrière, par laquelle le "camp des travailleurs" mettra fin au capitalisme et instaurera… euh… c'était encore moins clair pour moi. J'avais été saluer la candidate et lui dire mon accord à 90% ; fine mouche, elle m'a demandé si les 10% étaient sur l'essentiel. J'ai répondu être en désaccord avec "Du passé faisons table rase", l'un des vers de l'Internationale chantée en conclusion. S'il y a quelque chose que l'on apprend chez Jean Lassalle, c'est l'importance des rythmes multiples de la vie humaine, de la vie de l'humanité. L'importance de sentir monter l'orage, sentir pointer l'éclosion du printemps.

À vrai dire, j'avais un autre désaccord, sur l'idée de camp des travailleurs. Ou alors il faut l'étendre à toute l'humanité, y compris au paysan retraité qui possède toujours son champ (un capitaliste donc), et au cadre dirigeant de multinationale (parce qu'il faut bien des travailleurs dirigeants) : et alors la logique de camp contre camp est difficile à saisir. Tout travailleur que je sois, je me sens d'abord démocrate, believing in each other, plutôt que partisan d'un camp ou d'une classe.

fete_LO_2.jpg

Hier, j'ai retrouvé le même accueil et la même logique, en mode plus détendu. L'organisation de la fête était impeccable, ailleurs on aurait dit quasi-militaire.

Un exposé sur la révolution d'Octobre, devant les habituels panneaux racontant celle-ci, m'a permis de mieux comprendre le refrain des mouvements communistes (la LO comme le NPA et d'autres) sur la nécessité de construire un grand parti communiste révolutionnaire, bien au-delà des limites actuelles du mouvement qui le revendique.

Je m'étais toujours posé deux questions : primo, s'ils tiennent tant à grandir, pourquoi ne pas commencer par se réunir entre eux ? deuzio, un parti à l'ancienne, est-ce bien aujourd'hui ce qui secouera la société et fera advenir une révolution ?

Les panneaux et l'exposé m'ont éclairé : LO n'espère pas que le parti fasse la révolution. Pour LO, la révolution est comme un tremblement de terre, un événement extérieur imprévisible, "trois semaines avant, personne ne s'y attend". Mais les révolutions échouent — comme celles de Hongrie et d'Allemagne en 1917-18 — s'il n'y a pas un parti suffisamment structuré pour… euh, pour… sans doute pour noyauter, cadrer, donner forme au nouveau pouvoir, mobiliser les citoyens contre la riposte, inévitablement puissante, des pouvoirs capitalistes.

La bisbille irréconciliable entre partis d'extrême-gauche en découle logiquement : personne ne s'engage à entrer, le Grand Soir venu, dans le cadre défini par l'autre ; et comme le Grand Soir est imprévisible, il est probablement pour dans longtemps, donc ce serait très risqué de se lier les mains dès maintenant.

À l'arrivée, ça donne à la fois une grosse discipline interne, et une grande bienveillance à l'égard de qui n'est pas LO.

D'autant que, si la survenue de la Révolution est imprévisible, la doctrine est claire sur ce qui lui prépare le terrain : ce sont les luttes. Pour lesquelles LO est toujours prête à participer. Et le démocrate, comme le membre du comité Jean Vilar, s'en réjouit fort !

fete_LO_3.jpg

Sur des thèmes similaires sur ce blog : Dimanche à Argenteuil-Bezons, ça vaut la peine d'aller voter ; Christine Boutin à Argenteuil ; Contre le nationalisme, et contre les clichés faciles ; Le courage de se mettre en marche

Notes

[1] L'événement était ouvert à tout le monde ! Mais c'est vraiment une invitation, parce que la participation aux frais est minime par rapport au coût d'organisation d'un tel événement.