Argenteuillais démocrate… sans frontière

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 24 septembre 2014

À Guidel, prendre l'air marin du MoDem

Cinq mois après des municipales difficiles — la liste opposée avait le soutien du MoDem — et dix mois après avoir quitté ce parti, j'étais ce week-end à son Université de rentrée à Guidel — même Le Figaro y a vu un quart de mon polo orange fatigué.

Quelques amis-Facebook, et autres amis dans la vraie vie, m'ont demandé pourquoi j'y allais, et si je ré-adhérais au MoDem ? D'autres m'ont interrogé sur le nouveau Front démocrate que Jean-Luc Bennahmias lance ce samedi "au centre-gauche sur l'échiquier politique français" : allais-je le rejoindre ?

Eh bien, je suis et reste un militant au Centre, à Engagés pour Argenteuil, le parti que nous avons créé fin 2013. Et je ne prévois pas d'adhérer à un parti qu'il soit au centre-gauche ou au centre-droit, ou plus loin encore !

Je rejoindrai volontiers un parti national qui sera… au centre, comme l'était le MoDem jusqu'à l'an dernier :

  • décidé à renouveler la politique en France,
  • conscient des impasses où nous ont conduit la gauche et la droite alternativement,
  • capable de travailler avec des personnes et des forces politiques de ces deux camps pour remettre en état le service public, l'économie et la société françaises.

Mais l'échec électoral du MoDem l'a conduit à prendre la droite pour bouée de sauvetage ; symétriquement, certains de ses fondateurs comme Corinne Lepage et Jean-Luc Bennahmias ont rejoint la gauche, et soutiennent le Président de la République et le gouvernement actuels, comme jadis le Nouveau Centre le fit pour Nicolas Sarkozy et le gouvernement Fillon.

Soit. Ils n'ont pas besoin de moi pour ça ;-) , et Engagés pour Argenteuil n'a pas non plus besoin de s'aligner sur un des deux grands camps.

Cependant, un élu isolé est un élu mal armé. C'est en échangeant avec des collègues d'autres villes que l'on trouve les idées, les clés de compréhension, les solutions, qui nourriront le débat dans sa propre ville — Argenteuil en l'occurrence.

Après les municipales, j'avais envisagé de lancer un réseau d'élus municipaux du centre… tout court ; mais ça aurait été au-dessus de mes forces, ou du temps dont je disposais, et je craignais que l'initiative suscite plus de soupçons que d'intérêt, à une époque de méfiance généralisée envers les partis.

Quand j'ai reçu l'invitation "aux adhérents (MoDem) et sympathisants" pour l'Université de rentrée à Guidel, je me suis dit que j'étais resté pleinement sympathisant des idées et des militants démocrates ! Je m'y suis inscrit avec plaisir.

J'y ai fait la connaissance, à ma surprise, de plusieurs conseillers municipaux élus dans les mêmes conditions que moi, c'est-à-dire en concurrence avec une liste labellisée MoDem : eux aussi avaient voulu surmonter ce désaveu ; eux aussi plaçaient leur engagement au-dessus des consignes.

J'ai assisté à des formations destinées aux élus et ai constaté leur sérieux : les budgets publics de formation y étaient bien investis[1]. Les formateurs acceptaient qu'on rajoute et rajoute des chaises devant l'affluence, les sessions se poursuivaient bien au-delà des heures prescrites, l'expérience des participants était aussi instructive que l'expertise des consultants. Un accueil égal y était réservé aux élus… de tous types de majorités ou de minorités.

J'envisage donc de sortir plus durablement de l'isolement en adhérant, d'une part à la Fédération des Élus Démocrates (ouverte aux non-adhérents MoDem)[2], d'autre part à l'Association des Élus Locaux d'Opposition, ainsi qu'à Anticor.

En espérant pouvoir être ainsi plus efficace dans mon action pour les Argenteuillaises et Argenteuillais !

Christophe Grudler de Belfort (debout) et quelques autres élus locaux avaient improvisé un amphi de plein air pour échanger leurs expériences avec les participants.

Grudler_Loric.jpg

À en croire le formateur, l'indicateur de santé financière le plus significatif est l'épargne brute (plutôt que l'épargne nette, ou que l'épargne de gestion)

epargne_brute_Guidel.jpg

Notes

[1] Remarque générale ; en ce qui me concerne, j'ai suivi une partie seulement des formations, en auditeur libre, et n'avais pas demandé de prise en charge au budget municipal d'Argenteuil.

[2] Et dont nous avions reçu la Présidente à Argenteuil.

jeudi 29 mai 2014

De l'honnêteté et un projet qui tienne la route : avec ça, on reconstruira le pays

Il fallait les guillemets, bien entendu. Je me suis permis de titrer sans les guillemets parce que je reprends intégralement à mon compte tout ce que François Bayrou[1] a dit à Jean-Jacques Bourdin sur les européennes, le non-changement de politique de François Hollande et Manuel Valls après ce "séisme", et les 18 millions sortis par l'UMP à l'insu du plein gré de ses dirigeants et candidats.

J.-J. Bourdin : Est-ce que vous comprenez le discours du Président ? Quel est le discours de François Hollande ? Est-ce que c’est le discours qu’il tient en France « il faut un peu desserrer l’austérité » ou est-ce que c’est le discours qu’il tient en Europe en suivant Mme Merkel ?

… Ça me fait rire jaune cette question de l’austérité. La question n’est pas que nous aurions le choix entre plusieurs politiques, mais la question est précisément celle-ci : si nous voulons obtenir un retour à l’équilibre de notre pays, comme une famille qui ne dépense pas plus que ce qu’elle gagne ou une entreprise qui essaie de gagner de l’argent et d’en mettre de côté pour les mauvais jours ; alors il faut reconstruire l’Etat, la Sécurité sociale, les collectivités locales et la société française dans laquelle beaucoup de gens ont l’impression par exemple que le travail est moins payé que le non-travail ; que l’engagement dans la société n’est pas reconnu par le travail, par le mérite… Tout ça, il faut le remettre d’aplomb !

Est-ce qu’on est en train de le faire ? Non ! On a des propositions tellement compliquées que personne n’y comprend rien. Il y a des accords sociaux entre syndicats et Medef ou responsables d’entreprise qui sont des accords certainement sympathiques mais personne n’y comprend rien. Il n’y a pas là la force des constructeurs et des reconstructeurs qui devraient dire « Voilà les piliers de la maison ! »

Ça veut dire quoi ? Que la France n’est plus dirigée ?

Oui, ça veut dire que depuis 15 ans les décisions ne sont pas prises sans doute parce qu’elles ne sont pas pensées. Le problème de la vie publique en France c’est que les idées novatrices, refondatrices en sont devenues absentes.

Pourquoi ? Parce qu’il y a deux grands partis qui savent qu’ils n’ont plus besoin de réfléchir puisque de toute façon ils auront le pouvoir la prochaine fois : le balancier de l’alternance, un coup c’est les uns, un coup c’est les autres. Donc on ne réfléchit plus.

Qu’est-ce qui est frappant dans la situation actuelle ? Le PS, il est arrivé au pouvoir mais il n’était pas prêt ! Il n’avait pas travaillé comme il fallait ! Et l’UMP, elle n’a pas fait pendant 10 ans les réformes qu’il fallait !

Donc il faut premièrement, des règles d’honnêteté et deuxièmement, un projet qui tienne la route. Avec ça, on reconstruira le pays.

Parce que ce n’est pas un pays qui va se livrer à n’importe quelle aventure, il tire la sonnette d’alarme chaque fois, et c’est aux responsables politiques de l’entendre.

Notes

[1] Et tant pis si nous ne sommes plus dans le même parti ;-)

vendredi 9 mai 2014

L'Europe pour les Européens, c'est ici !

J'avais annoncé une série de billets sur les 12 propositions de la liste Les Européens. Je n'en ai pas trouvé le temps !

Heureusement, en cette fête de l'Europe, je peux dire une chose simple : votez pour Les Européens ! Leur programme[1] est ambitieux, exigeant, tourné vers l'intérêt général — à l'opposé de l'euro-béatitude, ou de la soumission aux lobbies, dont "Bruxelles" est régulièrement accusée.

J'aurais des réserves sur la politique industrielle proposée — réserves déjà exprimées dans mon billet précédent.

Je trouve aussi la proposition 65 "pro-Strasbourg" bien conservatrice, face au gaspillage scandaleux que représente l'éclatement du travail parlementaire entre deux sites.

Je regrette aussi le quasi-silence de ce programme sur la taxe Tobin, et la modestie des propositions sur la régulation bancaire, malgré la référence initiale au "contrôle de la finance" — au moins ces propositions (n° 24 et 28) sont-elles pertinentes et applicables.

Quant au creux de la proposition sur "un grand plan Europe - Afrique", c'est hélas un classique dans notre famille politique.

Mais à ces quelques réserves près, l'orientation est précisément celle que je crois utile, pour que les institutions européennes soient pleinement au service des Européens.

Je voterai donc pour la liste UDI•MoDem… quels qu'aient été mes désaccords personnels, ces derniers mois, avec mon parti d'origine. Les Européens le valent bien !


C'est tout de même l'occasion de préciser mes attentes personnelles, reformulées avec l'aide d'un de mes camarades d'Engagés pour Argenteuil. Elles vont au-delà du programme des Européens sur certains points. Je les maintiens :-)

  • Nous voulons que les institutions européennes protègent l’économie réelle par des règles drastiques, de prudence et de transparence, imposées au monde de la finance, et qu’elles ferment les frontières aux acteurs étrangers qui ne respecteraient pas ces règles.
  • Nous voulons que les bénéfices des entreprises soient imposés dans le pays où ils sont réalisés, et que les revenus du travail cotisent dans le pays où le travail est réalisé[2], selon des règles communes dans toute l’Europe ;
  • Nous voulons que l’Europe impose à ses fournisseurs de protéger comme elle la planète, sa biodiversité et son climat, ou de réparer les dégâts à leurs frais.
  • Nous voulons que l’Europe rejette le projet d’accord de « libre-échange » (TAFTA) qui soumettrait les États à des arbitrages privés.
  • Nous voulons que les communes, les régions, les États retrouvent leur souveraineté sur la politique agricole.
  • Nous voulons pouvoir répondre directement par référendum sur toute demande d’adhésion à l’Union Européenne.
  • Nous voulons élire des députés européens sur des listes européennes, présentant chacune aux Européens son projet pour notre Union.

Notes

[1] Merci à l'Hérétique !

[2] Précision ajoutée après la parution du commentaire #1, sans lien avec celui-ci.

- page 1 de 62